Mon mini tour du monde

« Pendant mon année de terminale, j’ai enchaîné plusieurs traitements, sans aucun succès. C’était un peu difficile mais j’encaissais. Malgré ça, j’ai passé mon bac, et je suis rentré en prépa à Paris. Je travaillais énormément, jusqu’à minuit tous les soirs, week-end compris, et mon état de santé s’est dégradé assez vite. Je me levais la nuit pour aller aux toilettes, mais j’étais tellement concentré sur mes études que j’essayais de passer outre. Je ne me suis pas aperçu à quel point ça allait mal. J’avais des diarrhées aiguës, je n’échangeais pas avec les jeunes de mon âge, j’étais tout blanc, squelettique, j’avais une tête cadavérique : ma tante s’est rendue compte que je n’allais pas bien du tout. Après avoir lu une revue, elle m’a pris un rendez-vous chez un spécialiste, sans me demander mon avis. Mon dossier a été transféré chez lui, et mon médecin généraliste, dans la petite ville de province où je vivais avant, était soulagé : j’avais 17 ans, je rechutais tout le temps, il ne savait plus quoi faire de moi. Le spécialiste m’a mis sous un nouveau traitement et ça a commencé à aller mieux.

En 2ème année de prépa, j’étais bon dernier de la classe parce que j’avais pris beaucoup de retard, mais c’est sûrement la meilleure année de ma vie. Je me sentais tellement bien, après trois ans de galère, que ça me faisait marrer d’être dernier ! En 3ème année, j’ai réussi des concours et je suis rentré en école de commerce. Là, ça allait vraiment mieux. J’ai commencé à m’éclater, à faire tout ce que je n’avais jamais pu faire. Je suis parti six mois en stage aux Etats-Unis, puis six mois à Singapour pour mes études, avec un petit tour par le Cambodge et le Vietnam. J’ai fait attention à ce que je mangeais et ça s’est très bien passé. Maintenant, mon projet c’est d’aller trois mois en Inde, et puis voyager de Bombay au Népal, en Birmanie, au Laos, jusqu’à Pékin avec mon sac à dos. C’est un peu une revanche face à la maladie, parce que du coup j’en profite à fond, et c’est important pour moi. »

Pierre, 23 ans (maladie de Crohn diagnostiquée à 15 ans et demi)

Aller à la barre d’outils